CONSIGNES DE SECURITE

 

 

 

 

 

La pratique du tir sportif doit constituer un sport et un loisir garantissant la sécurité de tous, à tout moment.

 

 

 

Ceci suppose que chacun respecte et fasse respecter des principes et consignes,et se les rappelle chaque fois qu'il sera nécessaire.

 

 

 

Le tireur doit être dans des conditions optimales pour exercer son sport, comme tout autre sport. Le tir demande de la rigueur et de la concentration. Le tireur doit veiller à ne pas être fatigué ou sous l’emprise de produit limitant la vigilance (alcool, stupéfiants, médicaments)

 

 

 

Ne pas respecter ces règles, met en danger l'intégrité physique des autres et risque de ternir l'image de ce sport.

 

 

 

LA SECURITE (extrait du site officiel FFTir) 

 

« La sécurité nous concerne tous, tireurs, arbitres, dirigeants et spectateurs.

 

Nous devons l'appliquer dans le respect de l'utilisation des règlements propres à chaque stand et à chaque discipline.

 

Vous trouverez ci-après, ce qu'il convient de faire et de ne pas faire. »

 

 

 

 

 

1. L'ARME 

 

Arme approvisionnée : c'est une arme dont le magasin contient des munitions, mais qui n’est pas prête à tirer.

 

Arme chargée : c'est une arme qui contient des munitions dans la chambre (ou le barillet). 

 

Arme prête à tirer : c'est une arme dont toute action sur la queue de détente fait partir le coup. 

 

Arme mise en sécurité ou désapprovisionnée :C'est une arme dont on a

 

enlevé le chargeur, vidé le magasin, la chambre ou le barillet de ses munitions,ouvert le mécanisme (culasse ouverte ou barillet basculé),  contrôlé visuellement et physiquement l'absence de munitions. 

 

 

 

Ne jamais faire confiance aux seules sûretés des armes. 

 

Une sûreté est un mécanisme automatique ou manuel qui rompt le cycle de fonctionnement d’une arme.

 

 

 

Une arme doit TOUJOURS être considérée comme chargée et à ce titre ne doit JAMAIS être dirigée vers soi-même ou autrui. Un tireur ne doit jamais prendre une visée en dehors du pas de tir et son arme dirigée vers les cibles.

 

 

 

2. LE TRANSPORT DE L'ARME 

 

Entre le domicile et le stand :

 

L'arme désapprovisionnée ne doit pas être utilisable immédiatement.

 

Elle est soit:

 

- démontée,

 

- équipée d'un dispositif la verrouillant.

 

Elle doit être transportée dans une mallette.

 

Les munitions sont transportées à part.

 

Lorsque le tireur se déplace avec ses armes, il doit toujours être en possession de sa licence, son carnet de tir et des autorisations de détention correspondantes.

 

 

 

3. L'ARRIVÉE AU PAS DE TIR 

 

La mallette est apportée au pas de tir et l'arme n'est sortie qu'à ce moment là.

 

Avant d'utiliser une arme, il faut s'assurer qu'elle est en bon état de fonctionnement.

 

Les déplacements peuvent éventuellement être effectués avec l'arme désapprovisionnée, canon dirigé vers le haut, puit du chargeur vide et en avant prise main faible.

 

 

 

4. PENDANT LE TIR 

 

Le canon de l'arme doit être, EN TOUTES CIRCONSTANCES, dirigé vers les cibles ou la butte de tir.

 

Avant qu'un tireur, arbitre, responsable, ne se déplace en avant du pas de tir, les armes doivent être mises en sécurité.

 

Pendant qu'un tireur, arbitre, responsable, est en avant du pas de tir, il est interdit :

 

- de toucher à son arme,

 

  • d'approvisionner les chargeurs sans autorisation. 

    En cas de raté de percussion, toujours maintenir l’arme en direction de la cible quelques secondes avant de remédier à l’incident (un long feu est toujours possible).

     

     

     

     

    En cas d’incident mécanique sur une arme en cours de tir, il est absolument interdit de quitter son poste avec l’arme si une cartouche reste engagée dans la chambre ou si le chargeur reste coincé avec encore des cartouches en place. L’incident doit être signalé à un responsable. L’arme restant sur place, dirigée vers la cible .

     

    Il est bien entendu que personne ne doit se rendre aux cibles tant que le problème n’est pas résolu.

     

    Il est obligatoire de porter un système de protection auditif pendant les tirs aux armes à feu.

    Le port de protection oculaires pendant le tir, est vivement recommandé ou, obligatoire, pour certaines disciplines.

     

    5. EN CAS D'ARRÊT DU TIR 

    Lors d'une pause de courte durée au poste de tir, le tireur doit rester maître de son arme et respecter les règles de sécurité. En cas de dysfonctionnement, de contrôle ou de réparation, l'arme doit être mise en sécurité.

     

    6. EN FIN DE TIR 

    L'arme doit être mise en sécurité avant son rangement. Si la mallette de transport du tireur est située derrière lui, c’est elle qui sera amenée à l’arme et non le contraire.

     

    7. AU DOMICILE 

    L'arme doit être mise en sécurité. Les armes et les munitions soumises à autorisation doivent être entreposées dans un coffre-fort ou une armoire forte. Les opérations de réparation et d'entretien doivent se faire dans un local adapté.

     

    8. PRINCIPE DE SAVOIR VIVRE

    Au stand de tir, ne jamais toucher ou prendre en main l’arme d’un tireur sans son autorisation.

     

     

    La liste de ces règles n’est en aucun cas exhaustive mais constitue le minimum acceptable.

 

 

C'est dans un stand 25 mètres rénové et bénéficiant d'une ventilation répondant aux normes actuelles que le CTPS peut vous accueillir dans de parfaites conditions 

 

Avant le C.T.P.S, il y a fort longtemps, en 1987, un petit groupe de fonctionnaires de Police décident de partager leur passion en créant la Section Tir de l’Association Sportive Police de Saint Étienne, avec comme premier Président Gilbert, (qui en migrant sous d’autres lieux ensoleillés a crée une entité identique le C.T.P.V et avec qui nos routes sont parallèles) puis prirent place Maurice, jean Michel, Michel et Alain…

 

 

 

Les premiers entraînements encadrés par les moniteurs au stand municipal de Grouchy à Saint Étienne, puis les concours F.F.T. Durant cette période les premiers civils nous rejoignent au club. Puis sont organisés les premiers concours de mise en situation à Toulon d’abord, puis chez l’ami Denis à Montbéliard.

 

Enfin le virage amorcé par Alain et Loulou pour créer le C.T.P.S  se concrétise le 25 Avril 1996.

 

Le club grandi, une centaine de licenciés sont présents, les entraînements se pratiquent toujours au stand municipal, et nous sommes alors à la recherche d’un local pour abriter notre entité….

 

…et puis après de longues déceptions et doutes…Le Miracle…des bâtiments industriels le long de la rivière Le Furan, sur le territoire de la commune de   La Fouillouse, des bâtiments à l’abandon, certes, mais une aubaine  pour concrétiser nos rêves.

 

Un long travail commence alors pour débarrasser les locaux, construire le stand 25 mètres , puis créer le club house et enfin le stand 10 mètres. De longues heures passées avec la même équipe de bénévoles qui n’ont ménagé ni leur temps ni leur peine, les week-ends compris pour aboutir à la structure que nous possédons aujourd’hui, qu’ils en soit tous remerciés !


Le Président du C.T.P.S

         Alain FANJUL

 

 

 

 

 

Le site du CTPS est en construction !

Lundi 18h00 21h45

Mercredi 18h00 21h45

Vendredi 18h00 21h45

Samedi 10h 11h45

Dimanche 10h 11h45

Vous êtes sur le site du CTPS , le Club de Tir Police Stéphanois

SITE EN RECONSTRUCTION